Paul Bordron-Armani, 20 ans, est étudiant en Droit et Sciences Politiques en 3e année à l’Université Paris I-Panthéon Sorbonne. Lors du premier confinement, au printemps dernier, réfugié dans la maison familiale dans les Vosges, il a été surpris de voir le nombre de témoignages d’amis de son âge, ou d’amis d’amis, restés à Paris qui se sont retrouvés dans une situation très douloureuse, économiquement et psychologiquement. Il ne s’agit pas seulement des souffrances psychologiques liées à l’isolement mais bien au fait qu’ils étaient nombreux à ne pas manger à leur faim. « La précarité étudiante n’est pas nouvelle, on connait tous des gens qui sautent des repas et ne se permettent aucun loisir, rien de superflu, explique-t-il. L’épidémie a été un révélateur et un aggravateur de ces situations très cachées, non répertoriées et qui n’ont pas de réponse de la part des pouvoirs publics ».